Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recrutement 2.0 #BTP ....Jobboards, Réseaux Sociaux ou Stratégie RH 2.0

Publié le par Le blog des cadres du BTP

author: Fabien Boschat sur Google+

blog image reseaux sociauxSur le marché du recrutement on-line, le combat (même si des rapprochements existent) entre Jobboards (généralistes, spécialisés payants ou gratuits) et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Viadeo, Linkedin) est une réalité.

Les premiers sont encore persuadés de détenir la vérité et , via différentes études bien menées par les leaders du secteur (sorties ces derniers jours) , ils nous annoncent que la majeure partie des recrutements on-line passe encore par leur intermédiaire. Les réseaux sociaux ne sont que des sources complémentaires de candidats en veille pas nécessairement très active  alors que faut-il en penser?

Un Jobboard payant et généraliste c'est de la visibilité sur vos annonces. OK. et 3% de taux de retour dans le #BTP (source Atlantis RH) - Coût du CV : 5€.  1000 Visualisations = 30 CV.

Alors doit-on continuer à investir sur les Jobboards aujourd'hui dans le #BTP? N'existe -t-il pas d'autres moyens d'avoir de la visibilité sur ses annonces pour intégrer des talents? En fait la question est la suivante: Combien de PME aujourd'hui ont un site carrière 2.0, une présence sur Facebook et Twitter, une stratégie sur Viadeo et Linkedin? Encore trop peu.

Et pourtant, augmenter sa visibilité sur Internet pour capter du talent ne passe pas nécessairement par de l'achat d'espace sur un Jobboard. En revanche, définir une stratégie RH 2.0 aujourd'hui nécessite une vision claire sur le marketing, la communication et le recrutement 2.0.

Etre présent sur la toile , sur les réseaux sociaux pour intégrer des talents c'est comprendre que le RH 2.0 n'est pas un effet de mode mais une vraie révolution.

Voir les commentaires

Ingenieur, le job anti-crise

Publié le par Le blog des cadres du BTP

#BTP  EMPLOI  On s'en doutait un petit peu, mais c'est toujours mieux en le lisant (ici sur le site de lexpress.fr). Les chiffres du chômage chez les ingénieurs sont tomées comme chaque année fin juin. Verdict, avec seulement 3,5 % de chômeurs (contre 10 % pour l'ensemble de la population), l'ingénierie se porte bien, voire très bien :

C'est d'ailleurs assez exceptionnel pour être souligne : depuis le début de la satanée crise, le chômage des ingénieurs a recule de 2 points. Et la source n'est pas prête de se tarir... Les recrutements ont ainsi progressé de 25% l'an dernier. Parmi les 30.000 diplômés, les trois-quarts avaient un job à la fin de leur cursus, la majorité avec un statut de cadre. Qui dit mieux?

Le moral est d'ailleurs au beau fixe chez les alpha beats : la part des ingénieurs qui craignent pour leur emploi a diminué. Elle &tait de 12% en 2009, de 9% en 2010 et seulement a 7% en 2011. Ingénieur, c'est peut-être la pilule du bonheur...

Bon, en cherchant bien, on trouve toujours de petits bémols : comme partout ailleurs, le jeune « ingé » peine parfois à surnager et à trouver son premier emploi. Parmi les chômeurs,  27% étaient de jeunes diplômés à la recherche d'un premier emploi. Et puis nos amis ingénieurs d'études, qui travaillent dans la recherche et la conception, sont plus touchés que le reste de la profession par le chômage (4 % ont perdu leur emploi en 2011). Cela reste anecdotique, donc... Ce qui suit l'ai moins : comme les années précédentes, les ingénieurs des grandes entreprises (2.000 salariés et plus) ont deux fois moins de risques de perdre leur emploi que ceux des entreprises de 250 à 2.000 salariés. Ah ces bourgeois...

#BTP  EMPLOI 

Voir les commentaires

Les cadres veulent la paie du patron

Publié le par Le blog des cadres du BTP

darth-luke#BTP EMPLOI Il y a de la grogne dans l'air chez les cadres selon le dernier baromètre Ifop-Cadremploi. Sans doute frustrés par des revalorisations salariales qui se font désirer cette annee ( 56 % des personnes interrogees sont comme la soeur Anne, elles ne voir rien venir), les cadres commencent a regarder d'un oeil maussade les "emolumentaux" revenus de leurs dirigeants. Ainsi, seraient-ils a 80 % favorables a une limitation des salaires de leurs dirigeants. Selon eux, une rémuneration annuelle brute normale devrait s'établir à 407 800 euros. C'est extremement précis.

Bon, sans vouloir éesavouer qui que se soit, il faut avouer qu'un nombre sûrement conséquent de dirigeant de PME serait, comme Alexandre, bienheureux de toucher un tel pactole. Les cadres fantasmeraient-ils sur les salaires de leurs dirigeants ? Tous ne sont pas des nababs. Certes, si l'on prend en compte les rémunérations des dirigeants exécutifs des entreprises du SBF 120 (les 120 principales sociétés cotées en France et donc celles du Cac 40), le salaire moyen s'élève à 1,7 million d'euros. Et ils sont 52 à gagner autant ou plus les petits veinards...

En revanche, si l'on considere simplement le salaire moyen dun dirigeant d'entreprise lambda, cela tourne plus modestement autour de 55000 euros. De plus, les patrons des sociétés de moins de 20 salariés gagnent en moyenne le tiers des salaires de leurs homologues à la tête d'entreprises de plus de 50 salariés. (source CGPME 2009). On ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier percé.

#BTP EMPLOI 

Voir les commentaires

Pour être recruté, soyez fort comme un bluff !

Publié le par Le blog des cadres du BTP

cartes.pngVous êtes candidat à l'embauche et vous bataillez ferme pour trouver un emploi ? Il va falloir vous mettre à la page dès cet été, c'est à dire aux cartes, et plus spécialement au poker. Voila le dernier joli coup de com qui fait le buzz dans le Parisien : la Jeune Chambre de Commerce et de l'Industrie de l'Oise va organiser un tournoi de poker-recruteur (qui n'aura rien d'un poker menteur, non, non) au mois d'octobre prochain. Face à la dizaine de recruteurs venus jouer le jeu et leurs mains, une centaine de candidats (encadrants, commerciaux, responsables logistiques ou de travaux...) vont devoir se “fuller” un maximum pour convaincre leurs voisins aux aguets. Dix tables, dix emplois, le principe est encore plus aguichant qu une bonne vieille émission de télé-réalité.
Bon. On ne veut pas se montrer (trop) critique, après tout chaque méthode innovante à sans doute du bon, mais la quand même, on s' interroge... Comment peut-on envisager de recruter des talents à partir d’un jeu qui repose entièrement sur le bluff ? C'est vrai, c'est assez surprenant de se reposer sur un jeu où le mensonge fait loi, et tapis même sans roi. Sûrement que la société géniale a recruté l’ami Kerviel avec une méthode similaire...
Le mieux la-dedans, c'est que, bien évidemment, ce ne sont pas les vainqueurs de table qui recevront le graal emploi. Et non. Si entretien il doit y avoir suite à cet évènement, ce sera de manière totalement discrétionnaire. Du coup, qui nous dit que les recruteurs, en cette periode de vache maigre , ne préfèreront pas miser sur le boulet qui ne joue pas une main et attend sagement sa paire d’as ? Va y avoir du bluff à tous les étages et du stress à toutes les mains...

Voir les commentaires