Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au Qatar, du ballon et beaucoup de ronds

Publié le par Le blog des cadres du BTP

qatar-foot-football-2022.jpg

Le Qatar ne fait jamais les choses à moitié. L’émirat tout faire, et tout acheter, a prévu d’investir quelques 200 milliards de dollars en stades et en infrastructures de transport pour accueillir la Coupe du monde de football en 2022. C’est ce que croit savoir le cabinet de conseil Deloitte, cité dans Le Figaro.

200 milliards de dollars, ou 156 milliards d’euros si vous préférez, de toutes façons cela fait toujours beaucoup.

Sachant que 110 milliards d'euros vont être investis dans les routes, les métros ou les aéroports et que seuls 13% de ces marchés ont déjà été conclu, on imagine que Vinci et Bouygues, déjà présents là-bas, ont réservé les chameliers pour les années à venir.

Mêfiance tout de même car comme le précise un papier des Echos « emporter un contrat dans cet émirat signifie souvent travailler à prix cassés, au risque de se retrouver avec des pertes importantes, assorties à la taille du contrat. »

D’ailleurs Eiffage craint le mirage. Son Berger du désert exclut d'emmener le groupe dans la zone.

Mais revenons à ce qui nous intéresse ici : le montant colossal des investissements.

Et interrogeons-nous : à titre de comparaison combien la France a-t-elle investi dans l’organisation de la coupe du monde 1998 ?

Pour avoir la réponse, nous nous sommes tournés vers la cour des comptes. Celle-ci, dans un rapport post-« et un, et deux, et trois zéros » nous apprenait il y a quelques années qu’en France, les dépenses se sont élevées à 10 milliards de francs, dont 2,5 milliards de charges de fonctionnement. 1,5 milliards d’euros… petits joueurs que nous sommes.

D’autant que le Stade de France a lui seul a coûté 400 millions d’euros. Remarquez, celui-ci aura au moins un point commun avec ses homologues qataris : aujourd’hui, plus personne ne veut y jouer. Au Qatar, une fois la coupe du monde fini, on se demande bien ce que les satdes vont pouvoir devenir.

Evidemment, les travaux en France n’étaient pas de la même ampleur : nous n’avons pas été obligés de construire tout un ensemble immobilier pour accueillir les quatre millions de touristes attendus en 2022, (le double de la population du Qatar, imaginez si nous avions dû accueillir 130 millions de supporters en 98).

Et puis, on ne va pas passer son temps à critiquer. Regardez les effets bénéfiques d’une coupe du monde, surtout si vous la gagner. En France, en 1997, le PIB français progressait seulement de 2,3%, contre 3,5% en 1998 et 3% en 1999. Si le Qatar gagne, on vous laisse imaginer les conséquences sur l'économie mondiale...

Quoi il ne pourrait pas la gagner ? Quoi c’est impossible ?

Excusez-nous, mais ne pas croire en un pays presque non-pratiquant footballistiquement parlant, voire sportivement tout court, et qui a réussi à obtenir la Coupe du monde, c’est quand même insulter l’avenir.

Ils ont déjà la moitié de leur équipe qui a été naturalisée. Alors, s’ils veulent se payer une équipe 100 % brésilienne, un Qatarclisme en crampons est peut-être à craindre...

Commenter cet article

neo 20/08/2013 16:07

c’est quand même insulter l’avenir.comme vous le dites vas y identifier les éléments de l’équipe nationale Française , est vous les aviez vus un jour murmurer la Marseillaise ,c vrais il y avait
qqs un qui faisaient le poisson comme on dit chez nous au cinema , un stade de france a 400 mds Dollars comme dites , et n'oublis pas son entretient ......mds de dolards

Le blog des cadres du BTP 21/08/2013 10:28



Une petite faute de frappe que l'on nous a rapportée. Il s'agit de 400 millions d'euros. Ce qui est légèrement plus raisonnable :)


Bonne journée.



TENDRON 22/07/2013 11:06

Bonjour,
si on garde vos proportions, c'est 60 millions de visiteurs qui seraient venus en france en 98 et non 130.

Le blog des cadres du BTP 22/07/2013 11:23



Non.


c'est bien 130 millions puisque l'on évoque le double de la poulation.