Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec Welink, Bouygues Construction veut promouvoir les femmes

Publié le par Le blog des cadres du BTP

bouygues-Monaco

Welink, le réseau des femmes-managers de Bouygues Construction, vient de passer le cap des 500 membres. Lancé en juin 2013, ce réseau a pour objectif de faciliter l’intégration et l’évolution des femmes dans les métiers du bâtiment et des travaux publics.

Voilà une noble initiative : dans un secteur, la construction, où la parité homme-femme est encore un vœu pieu, Bouygues Construction a souhaité développé unréseau indépendant pensé comme « un lieu de partage, d’échanges et de solidarité entre les femmes du groupe ».

Solidarité ? Le terme peut paraître fort, mais il illustre bien la situation des femmes dans le groupe, laquelle n'a d'ailleurs pas grande chose d'extraordinaire si l'on se réfère aux autres entreprises du secteur.

Chez Bouygues Construction, seuls 17,6 % des salariés sont des femmes. Le pourcentage remonte légèrement la pente pour les femmes cadres (22, 8 %).

C'est certain, il y a encore quelques progrès à faire, et si l'on se penche sur les attentes des femmes managers qui ont adhéré au groupe, ils sont tout trouvés : 80 % d'entre-elles ont besoin de partager informations, conseils et pratiques managériales. Les femmes managers chez Bouygues semblent manquer de repères et de références...

Le réseau, coordonné par un bureau composé de dix-sept femmes veut en tout cas aider les plus jeunes "à mieux identifier le type de carrière qu’elles peuvent accomplir" et compte "mettre en avant les différentes façons de réussir au féminin".

Ce qui est intéressant, donc, c'est que ce réseau a pour objectif plus global de faciliter l'intégration des femmes et leur évolution dans le groupe.

Evidemment, on ne peut qu'applaudir ce coup de pouce volontaire. Sauf que pour l'instant, chez Bouygues Construction, les hommes ont toujours l'entière main mise sur les responsabilités. 

Les 17 membres de l'équipe dirigeante sont tous des hommes.

Il y a encore des progrès à faire disions-nous...

 

Commenter cet article