Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bouygues Construction et Grenoble visent l'habitat collectif autonome

Publié le par Le blog des cadres du BTP

bouygues-Grenoble-ABC.jpg

Des immeubles autonomes en énergie et eaux ? C'est peut-être pour demain. Bouygues Construction et la Ville de Grenoble ont signé mercredi un partenariat de R&D pour réaliser un démonstrateur expérimental sous la forme d’un îlot d’habitats collectifs d’environ 90 logements.

 

ABC. Ces trois lettres représentent le projet urbain le plus ambitieux de ces dernières années.

 

Le projet ABC  – Autonomous Building for Citizens – est porté par Bouygues Construction depuis plus de deux ans. Le groupe français ambitionne d'en faire une référence du bâtiment durable. 

 

Et pour arriver à cet objectif, le projet multiplie les objectifs comme l'autre multipliait les pains.

 

ABC vise ainsi une réduction de la consommation d’électricité de 20% par rapport à la réglementation thermique 2012. Pas mal. De plus, la consommation de chauffage baisserait de 30% grâce à l’enveloppe du bâtiment, des équipements basse consommation, un pilotage optimisé du bâtiment et la récupération de chaleur des eaux usées.

 

Ca, c'est encore plus fort.

 

bouygues-Grenoble-energies.jpg

 

L'énergie nécessaire au bâtiment sera produite par des panneaux solaires, des éoliennes et de la cogénération (chaleur et électricité).

 

Mais l'avancée la plus notable, et qui va d'ailleurs donner aux bâtiments leur forme futuriste, c'est l’objectif d’autonomie en eau

 

Pour y arriver, le bâtiments seront dotés d'une toiture inversée en forme de corolle qui permettra de recueillir 20 litres d’eau de pluie par jour.

 

Ces quelques litres rentreront dans l'objectif d'une consommation de 75 litre par jour et par personne (contre 120 litres actuellement dans un logerment collectif).

 

La différence vient du quadruple recyclage de l'eau qui sera mis en place (eau potable, eau corporelle, eau de service, eau d’arrosage) et qui suivra la dégradation progressive de la qualité de cette eau. 

 

Enfin, la quantité de déchets générés devra être divisée par trois se limiter à 100 kilogrammes par personne et par an. Le recyclage sera maximisé et la méthanisation sur place des déchets putrescibles pourrait permettre d’obtenir 200 kWh par personne et par an sous forme de biogaz.

 

 

Sur le papier, donc, le projet est assez exceptionnel. Néanmoins, pour l'instant, aucun calendrier ni budget prévisionnel n’a été fourni. Les partenaires se laissent d'ailleurs encore un an pour poursuivre les recherches et étudier la faisabilité concrète du projet.

 

Commenter cet article