Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le statut de cadre a-t-il encore une signification ?

Publié le par Le blog des cadres du BTP

cadre-emploi-afpLe livre est sorti il y a quelques temps déjà, mais la problématique, pas nouvelle on vous l'accorde, risque de durer. "Entre l’enclume et le marteau, les cadres pris au piège" (Ed du Seuil) de Jean-Philippe Bouilloud, publié au mois d’octobre, est un ouvrage qui s’intéresse au (triste ?) sort réservé aux cadres (on ne parle pas ici des cadres dirigeants).

On le sait depuis un moment, le statut de cadres ne correspond plus à grand chose.  Ceux-ci ont le blues et perdu leurs repères. Autrefois plein d'assurances et« invirables », ce qui n’est plus le cas, ils sont aujourd'hui lancés dans une grande quête identitaire (près d'un salarié sur 5 est cadre). L'organisation du travail, qui évolue, et les nouveaux usages des technologies ne facilitent plus le distingo cadres et non cadres. De plus en plus de salariés ont autant d'initiatives, d'autonomie, de capacités de jugement et de liberté d'organiser leur temps de travail et leurs mouvements que les cadres.  Et entre l'augmentation de leur nombre et la dissolution de leurs prérogatives, ils s'interrogent. Légitimement.

Interviewé il y a deux jours par l’Usine Nouvelle,  Jean Philippe Bouillaud est revenu sur la question. Voici trois extraits de l’article :

 « (Les cadres) doivent aujourd’hui mettre en œuvre des politiques, des manières de faire, des organisations qu’ils n’approuvent pas toujours et dont ils peuvent être les victimes. (Ils) se retrouvent dans des situations parfois déchirantes, soumis à ce que les psychologues ont appelé l’injonction paradoxale, c’est-à-dire des situations où l’on reçoit deux ordres contradictoires. Dans le monde du travail, cela va être "faites plus avec moins de moyens" par exemple, ou "soyez autonome" tout en multipliant les contrôles et le reporting. »

 « La plupart des entreprises ont trahi leurs cadres, en dégradant leur univers de travail, en réduisant leur autonomie, en en faisant des opérateurs à peine plus autonomes que les autres... »

 « La lourdeur des organigrammes est telle que le cadre peut se sentir un rouage d’une machine, et être d’une certaine façon irresponsable. Au contraire, je crois qu’il faudrait qu’il se sente "sur-responsable" de ses équipes, au-delà de ce qu’exige de lui l’entreprise. Cette "sur-responsabilité" peut donner du sens à son travail ».

Bref, tout va mal, et la question que nous nous posons maintenant est à la suivante : ne serait-elle pas de revoir complètement le statut, qui n’a d'ailleurs pas de définition légale précise ?

Aujourd’hui, on peut être cadre sans encadrer (43 % gèrent une équipe, une quantité qui est en nette diminution depuis 20 ans (-15 %). Un bac + 5 suffit parfois pour accéder au statut directement. Faudra-t-il bientôt changer l'appellation du statut ?

Manager, vous trouvez cela comment ?

 

Commenter cet article