Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #ingenieurs... tag

L'emploi de la semaine dans l'Ingénierie #Construction

Publié le par Le blog des cadres du BTP

CDI

Ingénieur Projets Bâtiment (H/F) Conception et Exécution

Ile de France (France) - 45000 à 55000€/an

Mis à jour le 03/10/2014 : L'entreprise : Acteur spécialisé dans le domaine de l'Ingénierie des procédés et des bâtimentse, la société assiste ses clients dans la réalisation de leurs projets d'investissements techniques. Ses services vont du conseil jusqu'à la... Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo
CDI

Chef de projet Confirmé Coordination des études et Maîtrise d’Oeuvre d’exécution (H/F) Bâtiment

Boulogne Billancourt, Ile de France (France) - 55000 à 65000€/an

Mis à jour le 03/10/2014 : Atlantis RH recherche pour un groupe de l'Ingénierie, France et International, intervenant auprès des sociétés du CAC 40, un Chef de projet Coordination des études et Maîtrise d'Oeuvre d'exécution (H/F) sur l'Ile de France. L'entrepris... Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo
CDI

Ingénieur Performance Energétique HQE (H/F)

Ile de France (France) - 43000 à 48000€/an

Mis à jour le 03/10/2014 : Atlantis RH cherche pour un Groupe de l'Ingénierie, présence France et International, intervenant pour les sociétés du CAC 40, un Ingénieur Performance Energétique HQE (H/F) sur l'Ile de France. Rattaché(e) à la direction de l'Ingéni... Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo
CDI

Responsable Département (H/F) Réseaux et Transports d’Energie

Bourgogne (France) - 50000 à 65000€/an

Mis à jour le 01/10/2014 : Atlantis RH recherche pour un de ses clients, filiale ( existante depuis plus de 40 ans ) d'un Groupe de l'Ingénierie, un Responsable Département (H/F) Réseaux et Transports d'Energie sur la Bourgogne. L'entreprise : Elle intervien... Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo
CDI

Chef de Projet Confirmé – Spécialité Bâtiment Industriel (H/F) Contractant Général

Ile de France (France) - 55000 à 65000€/an

Mise à jour le 26/09/14 Atlantis RH cherche pour un Groupe d'Ingénierie, un Chef de Projet Confirmé- Spécialité Bâtiment Industriel (H/F) Contractant Général sur l'Ile de France. Miission : Rattaché au Directeur d'Agence, vous intervenez sur des projets indust... Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo
CDI

Directeur Travaux (H/F) Génie Civil Bâtiment

Aix en Provence, Paca (France) - 70000 à 90000€/an

Mis à jour le 26/09/2014 : Atlantis RH cherche pour une Entreprise Générale Nationale, un Directeur de Travaux (H/F) Travaux Spéciaux Génie Civil Bâtiment sur Aix en Provence. Rattaché à la direction de l'agence, vous gérez un service travaux composé de conduct... Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo
CDI

Responsable Travaux (H/F) Bâtiment Industriel

Bretagne (France) - 52000 à 65000€/an

Mis à jour le 16/09/2014 : Atlantis RH recherche pour un de ses clients, un Ingénieur Travaux Principal (H/F) Bâtiment Industrie lsur la région Bretagne. Chantiers : Opérations avec Lot GO important sur Bâtiment Industriel ( > 20 MEuros) Vous réalisez les travaux... Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo
CDI

Responsable Développement (H/F) – NUCLEAIRE

Ile de France (France) - 80000 à 110000€/an

Mis à jour le 26/09/2014 : Groupe d'Ingénierie de premier plan recherche dans le cadre du développement de son activité au sein de Maîtrises d'oeuvre (MOE) de conception, rénovation ou démantèlement d'installations nucléaires, un Responsable de développement dan... Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo
CDI

Ingénieur Génie Civil Structure (H/F) Béton Armé

Marseille, Paca (France) - 45000 à 52000€/an

Mis à jour le 26/09/2014 : Atlantis RH cherche pour un Groupe de l'Ingénierie Français, un Ingénieur Génie Civil Structure (H/F) Béton Armé sur Marseille. Missions : - Conception/dimensionnement de la structure - Méthodologies d'exécution - Rédaction du cah...Consulter l'offre

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Viadeo

Voir les commentaires

Les Rencontres de l'Ingénierie.

Publié le par Le blog des cadres du BTP

On ne manquera pas l'évènement qui se tient au CNIT à Paris le 23 Ocotobre prochain : 13e meet.ING organisé par Syntec Ingénierie.

 

L’ingénierie de R[évolution] à l'ère de l'iconomie mondiale : 
Entre rupture et évolution, quelles transformations ?

 

Voir les commentaires

Vinci construction se lance dans le transport par câble

Publié le par Le blog des cadres du BTP

cabline-vinci-mnd.jpg

Vinci Construction se lance dans la production câblée et le transport urbain. L'entreprise s'est associée au groupe MND, un spécialiste de l'aménagement en montagne et la mobilité urbaine, pour développer le « cabline ». Breveté par MND, ce mode de transport par câble se veut écologique et économique.

Cabline dispose de cabines de 40 places, circulant à grande vitesse sur des câbles tendus. Ce mode de transport peut transporter jusqu'à 4 000 voyageurs par heure. Ce chiffre est intéressant : il correspond, voire dépasse, les chiffres des tramways. Bon, reste à voir ce que Vinci et MND entende par « grande vitesse ». On a le droit de circuler à plus de 50 km/h en l'air ?

Vinci Construction sera chargé de réaliser les piliers support, la tension des câbles et la construction de l'ouvrage béton. Le démonstrateur va être installé sur le site d'Alpespace en Savoie. Le système pourrait être mis au point pour fin 2016.

Une major du BTP qui se lance dans le transport par câble, cela ne vous rappelle rien ? I

ll y a un an, Eiffage avait rendu publique les études de son laboratoire de recherche et de prospective en développement urbain durable, « Phosphore », lancé en 2007. Parmi les nombreux projets présentés se trouvait un transport hybride, Le Modul'air. Celui-ci est prévu pour se déplacer sur une ligne de transport urbain par câble.

Mais le projet d'Eiffage est encore plus ambitieux puisque, arrivé en bout de ligne, le Modulair se connecte au réseau de tramway où il va circuler en transportant passagers, marchandises ou même des déchets.

Le projet de Vinci et de MND semble plus réaliste. Rendez-vous en 2016.


 

 

 

Voir les commentaires

Nox, une PME en plein essor

Publié le par Le blog des cadres du BTP

logo2.png

Voilà une question qui revient aussi souvent que la marée et que se pose tout ingénieur : faut-il choisir un grand groupe ou une PME pour débuter sa carrière? Faut-il préférer une belle ligne sur son CV ou tenter d'être plus vite repéré dans une hiérarchie plus courte ?

 

On réfléchissait à cela ce matin lorsque l'on est tombé sur un article des Echos évoquant le groupe Nox.

 

Comme précisé en tête d'article, « Nox est devenu un outsider remarqué dans l’ingénierie, avec une présence dans le bâtiment, les process industriels, les infrastructures, le génie civil, le transport et l’énergie ». Le groupe compte aujourd'hui 450 salariés. Son chiffre d'affaire pourrait atteindre 50 millions en 2014.

 

Oui, nous nous interrogions lorsque l'illumination nous a saisi, une sorte d'épiphanie comme on en connait les lundis matin brumeux : et si un groupe comme Nox était la frontière du ying et du yang, le juste milieu entre grands groupes et PME ?

 

Expliquons-nous. Nox est aujourd'hui une PME reconnue, de taille relativement importante, et qui fonctionne comme un petit groupe : l'entreprise nantaise compte pas moins de 19 entités dont certaines sont devenues des références (Ingédia, Girec, Cetba...). Les portes sont donc nombreuses et ouvrent même sur l'international. La liste de leurs références est longue comme un jour un sans pain et les réalisations d'envergure se multiplient :

 

ingedia-16-f4f40bdfe95b94aafd90bc01b078fe23.jpg

Centrale Photovoltaïque 56 MWc- Massangis (89)

 

ingedia-3-1e9124a2d2452c5996e9a98d074b6f3d.jpg

Centre d’essais de Titù - Roumanie

 

girec.jpg

Maitrise d’œuvre d’exécution et l’OPC - Immeuble "Cap Mail" - RENNES (35)


De plus, si Nox est devenue une belle PME, elle a oublié de s'endormir sur ses lauriers le papier des Echos.

 

« La culture d’ingénieur génère chez Nox son lot d’innovations comme la création d’une activité de drones, un outil d’expertise pour relever finement l’ensemble des paramètres d’un ouvrage. Nox est aussi un pionnier du « Bim management » concept anglo-saxon permettant, dès la conception, de ressembler l’ensemble des acteurs d’un projet de construction sur une seule maquette numérique ».

 

Oui, cette PME a bien tout d'une grande.

 

Evidemment, la question salaire se pose, mais nous avons déjà vu ici qu'

une PME peut très bien ne pas souffrir la comparaison en terme de rémunération.

 

Et puis, quelque chose nous dit qu'une entreprise qui s'appelle Nox doit avoir certaines réserves pour attirer les candidats...

Voir les commentaires

Egis, le succès de l'ingénierie à la française

Publié le par Le blog des cadres du BTP

le-coq-ne-se-sert-pas-que-de-la-lumiere-pour-pousser-son-co

Egis a le vent en poupe ! Depuis le début de l'année, la société d'ingénierie a tendance à mettre tous les œufs dans le même panier : conception du système de gestion d'ordures de l'Equateur, réhabilitation de 223 barrages en Inde, conception d'une zone industrielle en Birmanie, Egis cartonne.

Il faut dire que la société surfe depuis longtemps sur la vague du succès. Si l'on fait le compte de ces dernières prises de participation dans les chantiers divers (métro de Riyad, métro du Grand Paris, route du littoral à La Réunion, pont levant de Bordeaux - grand prix de l'ingénierie l'an dernier - Radio France, Bibliothèque Richelieu, Balard...), on obtient une sacrée liste de succès. Seul notre Johnny national pourrait revendiquer pareil décompte.

Il n'est donc pas étonnant qu'au Panthéon de l'ingénierie française, Egis trouve bonne place en ce moment. Elle est ainsi la seule société française à figurer dans le Top 10 européen et le Top 20 mondial de l'ingénierie.

Mais ce qui est la plus impressionnant là-dedans, c'est qu'Egis est une société à capitaux publics. Elle est en effet détenue à 75 % par la Caisse des Dépôts.

Fichtre, l'action publique française ne se priverait donc pas de beaux succès ? On pensait que l'invention de la TVA était le plus grand bienfait sorti de notre administration. Il semblerait que nous ayons eu tort....

Egis, créé à la base par l'Etat pour la conception des autoroutes françaises, regroupe aujourd'hui différentes entités issues de l'Etat et des collectivités locales, spécialisées dans l'engineering des routes, des métros ou des espaces publics français. Et elle avance plus vite qu'une berline allemande lancée sur l'A 10 : Egis a crû en moyenne de 10 % par an depuis cinq ans.

La raison de ce succès ? Les Echos nous en propose une : «  l'excellence du personnel de notre sphère publique dans le domaine de l'équipement et, en arrière-plan, celle de l'Ecole des ponts qui a fourni les bataillons d'ingénieurs à Bouygues, Eiffage, Vinci, Veolia et Suez, et a permis à ces sociétés de prendre des leaderships mondiaux ».

Pas besoin de chercher loin pour la distribution de pont points ! 

En tout cas, Egis compte aujourd'hui 12.000 collaborateurs, parmi lesquels 7.400 ingénieurs. La société réalise la moitié de son chiffre d'affaires(881 millions d'euros l'an dernier) à l'étranger.


 

Voir les commentaires

La première hydrolienne pourrait être bretonne !

Publié le par Le blog des cadres du BTP

 

 

1val

La première hydrolienne sera-t-elle bretonne ? La question ne doit plus faire marée. Le projet proposé par Sabella, en association avec GDF Suez, devrait réussir à boucler son budget avant l'été. L'hydrolienne D 10 pourrait être immergé dès cet hiver dans le Fromveur, entre Ouessant et le continent.

Des fonds pour toucher le grand fond : voilà quel était le principal obstacle sur la route immergée de l'hydrolienne D 10 qui, comme son nom de départementale l'indique mal, pourrait devenir le premier engin sous-marin à être raccordé à un réseau électrique.

12 millions d'euros devaient être trouvés pour boucler la boucle et permettre la fabrication, l'installation et les tests en mer. Ils tomberont sans doute avant l'été.

Comme le rapporte le site entreprises.ouest-france.fr, « Une partie de ces fonds permettra de terminer la base de l'hydrolienne. La partie haute est déjà réalisée et testée. Elle comprend le « cerveau » de l'hydrolienne : chaîne électrique, générateur, convertisseurs, transformateur. Les pales de la turbine ont été fabriquées chez CDK (Port-la-Forêt). L'assemblage final est prévu en fin d'année à Brest. Il ne resterait qu'à immerger le bébé de 450 tonnes à 55 mètres de profondeur, à l'abri de la houle. Une part du financement, non négligeable, est réservée à la pose de l'engin dans le Fromveur, entre la pointe du Finistère et Ouessant. L'installation pourrait avoir lieu cet hiver. Si le temps le permet ».

On espère bien que le temps sera clément comme un pape, car les enjeux sont énormes, comme nous l'évoquions dans un précédent papier. En effet, une étude britannique a montré que le marché lié aux énergies bleues pourrait atteindre 535 milliards d'euros entre 2010 et 2050. Et quand il s'agit d'argent, on peut faire confiance à l'"english flair" pour repérer les bons plans...

En tout cas, à ce prix là et si l'hydrolienne fait son nid au larges de nos côtes, il faudra peut-être bientôt parler d'un nouvel émirat breton. L'émirat de Sein, ça sonne bien. Avec tout cet argent, les parieurs vont peut-être pouvoir mettre une pièce sur la victoire du Stade Brestois en Ligue des Champions...

Bon, avant de tirer des plans sur la comète et de rêver à Messi au stade Francis le Blé, Sabella va d'abord devoir répondre avant le 16 mai à l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) lancé par le gouvernement. 

L'AMI ? C'est un mécanisme qui permet à l'État de soutenir l'industrie des énergies marines en facilitant l'émergence d'une filière française. Gagner cet AMI permet d'obtenir un fort subventionnement à l'investissement. Et de bénéficier d'un prix de rachat bonifié du Mwh.

Clin d'oeil de l'histoire, l'AMI va concerner deux sites. Le breton donc, et un site normand situé dans le Cotentin. Se dirige-t-on vers un nouvel épisode de la guéguerre britanno-normande ? Peut-être.

Mais vu les enjeux, même une restitution compensatrice du Mont Saint-Michel n'intéressera pas grand monde en Bretagne... 

A terme, une ferme pilote pourrait voir le jour en 2017. Elle se situerait au Fromveur et pourrait compter 100 à 200 machines et devancerait le grand projet écossais, lui aussi en course pour devenir le premier parc d'hydrolienne au monde.

 

 

 

Voir les commentaires

Les ingénieurs aussi ont le droit de déconnecter

Publié le par Le blog des cadres du BTP

debrancher-prise-electrique.jpgIngénieurs, vous êtes submergés quotidiennement par vos mail, SMS et autres téléphones ? Et bien rassurez-vous : cette vague numérique vient de se fracasser contre le Syntec (syndicat patronal de l'ingénierie) et le Cinov (syndicat patronal des bureaux d'études). Les deux organismes ont accepté de signer, la semaine dernière, un accord avec deux syndicats de travailleurs, la CFDT et la CGC, pour reconnaître une  «obligation de déconnexion des outils de communication à distance».

Bon, ne sautons pas tous au plafond : cet accord porte sur les forfaits-jours, ces contrats appliqués aux salariés autonomes décomptant le temps de travail non en heures mais en jours.

Le salarié concerné accompli une journée de travail (ou demi-journée) quel que soit le temps qu’il a réellement consacré à son activité professionnelle. On voit tout de suite le problème : avec la multiplication des mails et SMS, en plus du bon vieux téléphone, les forfait-jour empiète sérieusement sur la nuit, ce qui nuit à la mise à jour du travail.

Vous  suivez ?

Il est vrai qu'aujourd'hui, l'ingénieur, et les cadres en général, subissent l'explosion de technologies censées nous simplifier la vie.

MDR, comme diraient les jeunes.

Pour rappel, et en ne considérant que les mails, voilà ce que nous écrivions il y a quelques mois 

"Il faut avouer que les chiffres font peur : aujourd’hui, un professionnel reçoit et envoie en moyenne 110 e-mails par jour. Il vérifie sa boîte de réception une vingtaine de fois par jour et ça lui prend 2h dans sa journée. Un manager passerait 40% de son temps à écrire des e-mails à ses collaborateurs (source: The Hampsters Revolution)"

Oui, il était temps de faire quelque chose. Mais ce premier pas est encore bien timide.

L'«obligation de déconnexion des outils de communication à distance» n'est pour l'instant qu'une affirmation de principe.

L'accord représente toutefois une avancée certaine. Qui sait, demain, l'ingénieur branché sera peut-être déconnecté !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Ingénieurs, l'ennemi c'est l'écotaxe !

Publié le par Le blog des cadres du BTP

 

questionlouphoqueFrance Info a dévoilé ce matin la liste des projets liés à l'encaissement de l'écotaxe, lequel est plus virtuel que jamais, et qui ne sont donc pas près de voir le jour. Conclusion : si vous êtes un/une ingénieur(e) spécialisé(e) tramway-bus-métro, pas sûr que vous ayez pris le bon wagon....

L'inventaire aurait donné le tournis à Prévert qui pourtant, avec un nom comme ça, devait s'y connaître en développement durable. La liste des projets liés à l'écotaxe est sortie ce matin. Au total plus d'une centaine de chantiers y sont recensés. Et en attendant que les bonnets rouillent, ils se retouvent tous dans l'impasse.

Sont donc concernés, pêle-mêle, des lignes de tramway (Marseille, Nantes, Angers ou Grenoble), des lignes de bus (Annecy, Laval...), un téléférique urbain (Brest), des navettes fluviales, des parkings à vélo et des lignes de métro.

Bref, le début d'un tube...

Comme nous le rappelle France Info « plus de six milliards d'euros d'investissements sont en jeu dans ces 120 projets qui avaient répondu à l'appel national à projet du ministère des Transports ».

Bon, on ne sait si vous êtes directement concernés par l'un de ces projets, ou si vous aviez déjà réservés votre appartement avec vue sur téléférique. Mais au cas où vous souhaiteriez ronchonner dans votre coin ou chez vos maires élus de frais, voilà du grain à ruminer :

Sauf erreur d'aiguillage de notre part, l'écotaxe a été prévue à la base pour privilégier le désangorgement des routes, des voies ferroviaires et des voies fluviales.

Et voilà qu'aujourd'hui, on nous explique notamment que la construction d'un téléférique urbain ou d'un métro dépend de l'argent de l'écotaxe. Grosso modo, on taxerait en milieu rural pour investir en milieu urbain...

Y'aurait pas un lézard quelque part ou, plus prosaïquement, un trou dans les caisses que l'on tente de justifier maladroitement ?

 

Atlantis-RHVous recherchez un emploi dans l'ingénierie de la construction ? Venez consultez nos offres sur le site atlantis-rh.fr

 

Voir les commentaires

Un concours pour raconter sa vie de jeune ingénieur

Publié le par Le blog des cadres du BTP

concours-vine-ma-vie-d-ingenieur

Vous êtes un jeune ingénieur, vous maîtrisez les arcanes du smartphone et vous avez envie de raconter votre quotidien professionnel ? Alors le concours "Vine ma vie d'ingénieur", lancé par SEGULA Technologies, est fait pour vous.  

Pour postuler à « Vine ma vie d’ingénieur », vous allez devoir réaliser une vidéo Vine (format hyperviral de 6 secondes) mettant en scène avec humour votre quotidien d’ingénieur et la partager sur les réseaux sociaux avec le hashtag #VIEDINGE.

Les résultats seront proclamés le 14 mars. (plus de renseignements : viedinge.fr)

Nous avons jeté un coup d'oeil aux premières réalisations.

A notre avis, il y a encore moyen de faire mieux. Voici notre sélection, entre nihilisme et inspiration enrhumé. Cliquez sur l'image pour démarrer/arrêter (six secondes en boucle, c'est vite lassant)

Alors là, on en comprend rien, mais c'est la vidéo qui, pour le moment, a le plus de succès. Si quelqu'un veut bien nous expliquer...

 

Celle-là non plus on ne comprend pas vraiment, mais nous saluons ici la mise en scène.

Mais notre préféré (qui a dit le seul que l'on arrive à comprendre ?) c'est encore celui réalisé par cette jeune fille.

 

Café-gras-boulot, ça semble être une recette pas mal pour réussir sa vie d'ingé !

 

Allez, maintenant, sortez vos smartphones et ouvrez les Vine !

 

Oh, et si jamais vous souhaitez juste débuter votre vie de jeune ingénieur, venez-nous voir chez Atlantis-RH

Voir les commentaires

En Allemagne, l'ingénieur doit être loyal et fidèle

Publié le par Le blog des cadres du BTP

drapeau Allemagne

Amis ingénieurs, vous rêvez de filer à l'anglaise chez le voisin allemand depuis que vous savez que l'herbe, et les billets, y sont plus verts ? On ne vous donnera pas tort. Mais savez-vous vraiment ce à quoi vous vous exposez ? L'interview de Michel Hamy, directeur général français du sidérurgiste BSW (Badische Stahlwerke) à Kehl va sans doute vous éclairer.

Passons sur les généralités exprimées ici et qui font que généralement, on le sait, l'ingénieur français est plus généraliste que son voisin d'outre-Rhin.

Passons également sur la pratique de la langue de Goethe que nous semblons maîtriser comme une vache espagnole en furie dans rues de Pampelune.

Passons enfin sur le modèle de l'entreprise allemande qui reposerait moins sur les contraintes hiérarchiques que la France.

Loyauté et fidélité

Oui, passons, passons, passons car tout ceci pourrait vous donner une image bien trop belle de la situation.

En effet, là n'est pas le principal, ni dans votre formation, ni dans votre maîtrise linguistique, ni dans la hiérarchie aérée des Allemands. L'intérêt principal de ce papier est ailleurs, dans un passage éclairant qui illustre le tempérament national assurant l'ordre de cette société "diziblinée".

A la question "Qu'attend l'employeur allemand d'un ingénieur", la réponse fuse comme un bolide sur une autoroute germanique :

"Après la compétence technique bien sûr, le premier critère est la loyauté, la fidélité. L’employeur apprécie la disposition à rester longtemps dans l’entreprise, à travailler en quelque sorte pour la génération future".

Franchissez le Rhin, pas le Rubicon

le-parrain-en-Allemagne.jpg

Mince, pour un peu on se croirait dans le Parrain, version allemande. "Der Parrain" en quelque sorte..

Donc, amis ingénieurs, si vous espérez enjamber le Rhin, ne franchissez pas le Rubicon : démontrez vite votre volonté de vous intégrer pleinement au pays, wurtz et tenue traditionnelle seront donc de rigueur, et prouvez à vos nouveaux patrons toute votre loyauté.

On ne sait pas si vous serez obligés d'embrasser leurs bagues ou de vous coupez les veines pour faire un pacte de sang.

Mais promis, on va se rensaigner !

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>