Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #insolite tag

Les ingénieurs ne rament pas seulement à la SNCF....

Publié le par Le blog des cadres du BTP

rames-TER-dessin.jpg

Vous n'avez pas pu passer à côté de cette information raillée par les internautes de France et de nagare. Les nouvelles rames des TER sont trop larges, 1300 quais vont devoir subir un régime amincissant parce que la SNCF n'aurait pas vérifié les mesures avant de passer sa commande. Grosse boulette.

Alors évidemment cette information a été reprise à peu près partout et on imagine que les fautifs auront le droit à un enterrement première classe, sans tarif Prem's. Aujourd'hui néanmoins, nous voulons les soulager de leur peine et leur dire qu'il ne sont pas seuls. En consultant Internet, on s'aperçoit que de telles erreurs sont commises un peu partout dans le monde. 

montreal-metro-tunnel.jpgPrenons Montréal. On appris récemment que les nouvelles rames du métro de la ville, assemblées par un consortium formé par Bombardier et Alstom (mince), sont... trop hautes. Il a donc fallu les raboter pour arranger ce beau raté. Cela a probalement dû tabernacler quelques dizaines fois dans les bureaux canadiens...

sous-marin-espagne.jpgEn Espagne, c'est un sous-marin qui a défrayé la chronique. La raison ? Il est trop gros de 70 tonnes, ce qui pourrait l'empêcher de revoir la surface en cas de plongée. Remarquez, les Espagnols ont ainsi inventé le premier sous-marin-bateau. Chapeau.

L'Angleterre, puisqu'il faut bien parler de l'Angleterre, n'est pas en reste ! Récemment deux belles erreurs de conception sont venues tester le légendaire flegme britannique. Il y a d'abord le pont du Millénium à Londres qui a dû être fermé deux jours après son inauguration en raison d'un phénomène de résonnance, et du coup d'oscillation, qui menaçait les piétons.

L'autre big mistake, dont nous avons déjà parlé, c'est évidemment la tour infernale londonienne.

 

 

 

Souvenez-vous, au mois de septembre, un gratte-ciel a fait la Une des journaux parce qu'il déclenchait des incendies. Le Talkie-Walkie, de forme trop concave, réfléchissait les rayons du soleil vers le sol au lieu de les réfléchir en face... 

Au Chili, la grossa bouletta a été commise par une équipe qui a tout simplement construit un pont à l'envers. Les deux plate formes ont été inversées... C'est fort. 

Mais le grand vainqueur, nous sommes obligés de la reconnaître, c'est quand même le Charles de Gaulle. Depuis sa mise en service, notre porte-avions national a connu plus d'ennuis que tous les ex-présidents de l'UMP réunis. Pont d'envol trop court, hélice défectueuse ou encore fuites des réacteurs nucléaires, le Charles de Gaulle a cumulé sévère...

Alors vous voyez, il ne faut pas trop en vouloir à la SNCF. Personne n'est à l'abri d'une erreur, aussi grosse soit-elle !

 

Voir les commentaires

Ingénieurs, demain il faudra avoir la main verte !

Publié le par Le blog des cadres du BTP

moma-hy-fi.jpg

Amis ingénieurs, il vous faudra peut-être bientôt prendre des cours de jardinage plutôt que de bûcher sur le génie civil. A New York, le Moma s'apprête à exposer Hy-Fi, un gratte-ciel organique, conçu de briques végétales et de biomatériaux qui poussent tout seul... 

Faire pousser des bâtiments, c'est un peu dans l'air du temps. On avait déjà vu des projets de maisons destinés aux aventuriers de la construction écologique, et voilà qu'aujourd'hui un jeune architecte américain, David Benjamin, propose une idée encore plus photosynthétique : des tours réalisées à partir d'éléments entièrement naturels.

L'ensemble de la structure, qui doit être présentée le mois prochain, est composée de briques 100 % organiques, créées par la combinaison de deux types de déchets agricoles – des feuilles de maïs et des morceaux de champignons, bien connus justement pour pousser comme des champignons. Ces briques se construire seules et se développent grâce à la lumière du soleil qui se réfléchit sur leur surface.

Ecologiquement, le plan(t) est parfait : pas d'émission de CO2, pas de déchets et des dépenses minimales pour la production. Le rêve de tout constructeur, non ?

Bon, évidemment, il y a un hic : nous n'avons pas à faire, à proprement parler, à un gratte ciel. Ici, pas d'étages, pas de bureaux. La réalisation est creuse à l'intérieur afin pour que l'air puisse y circuler facilement. La raison ? Ce projet a été pensé pour permettre aux New Yorkais de s'abriter de la chaleur new yorkaise. La tour verte sera installée fin juin et restera debout tout l'été. La tour sera ensuite démantelée et recyclée sans polluer l'environnement.

Ce n'est sans doute pas demain que l'on verra de telles tours poussées dans nos quartiers d'affaire. Mais cette initiative sera peut-être reconnue un jour comme la première graine d'un nouveau genre de construction


Voir les commentaires

Un immeuble de 29 étages se transforme en Tétris géant !

Publié le par Le blog des cadres du BTP

Qui a dit qu'il n'y avait rien de plus triste qu'un immeuble la nuit ? Surement pas les habitants de Philadelphie !

Il y a quelques jours, un immeuble de 29 étages, le Cira Centre de Philadelphie a servi d'interface pour la plus grande partie de Tétris jamais jouée. Tétris ? Mais si, souvenez-vous, ce jeu ou l'on doit insérer des briques (sur un immeuble quoi de plus logique) les unes dans les autres, qui a rendu dingo des centaines de milliers de joueurs (dont peut-être vous) et qui vient de fêter ces trente ans. L'immeuble de 134 mètres utilisé pour l'occasion, sur lesquels des milliers de LED ont été installées, avait déjà été utilisé pour jouer à Pong en avril 2013.

Maintenant, il n'y a plus qu'à attendre une version française de jeux vidéo urbain. Et pourquoi pas une partie de Mario Arc, sur l'Arc de Triomphe bien sûr...

 

 


Voir les commentaires

Sans harnais, ils escaladent une tour de 650 mètres...

Publié le par Le blog des cadres du BTP

 

Vous êtes vous jamais demandé ce que pouvaient ressentir les ouvriers du New York des années 20, ces travailleurs en haute altitude qui ne portaient aucun harnais et faisaient la sieste tandis que la Big Apple fourmillait des dizaines de mètres plus bas ?

 

Evidemment, certaines photos prises à l'époque permettent de se faire une idée de la vie quotidienne de ces trompe la mort. Mais nous n'avons là qu'une vision partielle et altérée par l'image.

 

 

 

 

Pour mieux comprendre et ressentir les sensations de ces travailleurs de l'extrême, voici une vidéo assez folle réalisée par deux jeunes Russo-Ukrainiens, Vitaliy Raskalov et Vadim Makhorov, qui ont tout simplement escaladé le sommet de la tour de Shanghai, toujours en construction. Petit différence avec les travailleurs new-yorkais : les deux casse-cous ont terminé leur ascension sur une grue qui culmine à... 650 mètres.

 

La photo la plus célèbre des travailleurs New-York a été prise un étage avant le sommet du Rockfeller Center, lequel mesure "seulement" 259 mètres. 

 

Avant de visionner cette vidéo, en plein écran, on espère que vous avez le coeur bien attaché...

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Quand les ponts ne servent à rien...

Publié le par Le blog des cadres du BTP

 

ponts-inutiles-interrogation.jpg

La gabegie des deniers de l'Etat, surtout lorsqu'il s'agit d'ouvrage public, est un sujet qui interpelle toujours. Tout cet argent dépensé pour rien, toutes ces routes qui ne mènent nulle part ou ces immeubles inhabités...

Les ponts ne sont pas en reste. Il existe à leur sujet des histoires formidables. Regardez la dernière en date. A La Haye, au Pays-Bas, un pont construit en septembre 2012 se révèle être un vrai fiasco ! Personne ne le fréquente !

Bon, il faut reconnaître que ce pont n'est destiné qu'à assurer la circulation d'écureuils, mais quand même. L'écureuil, le symbole de l'épargne, mêlé à une affaire d'argent gaspillé, c'est un comble.

Rassurez-vous, nous avons d'autres exemples plus symptomatiques. Prenons, au hasard, la Belgique. Nous n'avons vraiment rien contre les Belges (ne vous a-t-on pas d'ailleurs incité à aller travailler là-bas?), mais il faut bien avouer qu le plat pays décroche le pontpont du dadaïsme urbain.

Mais avant tout, il y a une explication : dans les années 70, les ingénieurs des travaux publics belges recevaient une prime à la tonne de béton dépensée (tiens cela nous rappelle une histoire de prime bien française avec les rond-points). Pas besoin de discours pontifiant, la motivation était tout trouvée. Du coup, des ponts il y eu, tout comme un gros problème : les routes qui devaient passer dessus n'ont bien souvent, jamais vu le jour...

Le résultat en image :

Le pont de Ham

pont de ham

Le pont qui surplombe le Canal Albert dans la ville limbourgeoise de Ham relie... deux prairies. Construit en 1977, il s'agissait à l'origine d'un tronçon d'une autoroute qui devait relier Bree à Aarschot et qui, évidemment, ne la relia jamais...

Les ponts de Varsenare

ponts de Varsenare

Entre Varsenare et Jabbeke trônent deux ponts inachevés et peu couronnés de succès. Construits en 1976, ils devaient faire partie de l'autoroute entre Zeebrugge et Calais qui, comme vous le devinez, n'a jamais vu le jour.

Le pont suspendu de Godsheide 

pont suspendu de Godshelde

Le pont suspendu de Godsheide a été construit à la fin des années 70 pour relier Hasselt et Genk en surplombant le Canal Albert. Mais ce projet n'a jamais abouti. L'ouvrage est passé du statut de plus long pont suspendu de Belgique à celui de chemin à circulation locale.

Et pour finir notre petit tour belge, voici la commune la plus gâtée du pays. Au Roeulx, ce n'est pas un mais trois ponts inutiles qui font partie du décor...

 

 

 

 

Décidément, nos voisins belges ont de quoi discuter sur l'argent public éparpillé façon puzzle... Ce n'est pas en France que cela arriverait, n'est ce pas ?

 

Non, pas chez nous.

 

Quoique...

 

En France aussi, nous avons nos petits ponts édifiants. En voici deux exemples.

 

A Auzeville, on ose tout, même les ponts inutiles.

 

Depuis 30 ans « Le pont des chèvres », ainsi rebaptisé par un ancien élu, enjambe l'autoroute des deux mers au niveau d'Auzeville-Tolosane, juste avant le péage du Palays à Ramonville. Particularité : Il n'a jamais jamais servi depuis sa création à la fin des années 70 puisqu'aucune route n'a été construite de part et d'autre. 

Un peu plus au sud, en Guyane, l'histoire du pont sur l'Oyapock ressemble elle à un nouvel épisode du pont sur la rivière couac.

 

pont-oyapock.jpg

 

Le pont est certes achevé depuis deux ans, mais personne ne peut l'emprunter puisque côté brésilien, la route n'est pas terminée. Et à en croire les locaux, personne ne l'empruntera puisque ce pont est avant tout... une frontière, protégée par les douanes, qui ne manqueront pas de bloquer toute marchandise non conformes aux normes européennes. 

 

Or, au milieu de la jungle, il n'y a quasiment que cela.

 

Ce n'est donc pas demain que l'épilogue du bal des pirogues sera signé.

 

Cette histoire a déjà coûté quelques dizaines de millions d'euros, partagées entre le Brésil et la France. Comme quoi, il n'y a pas que les bons ponts qui font les bons amis.

 

 

 

Voir les commentaires

Blog des cadres du BTP : le 400ème rugissant

Publié le par Le blog des cadres du BTP

le coq chante

Et de 400... le Blog des Cadres du BTP franchit ce jour la barre, quasi-mythique, des 400 articles publiés. C'est beaucoup. Avant notre Best Of 2013 des papiers les plus partagés que l'on publiera entre les fêtes, nous profitons aujourd'hui de l'occasion pour jeter un oeil lucide sur tout ce qui a été produit depuis les débuts en octobre 2011. Les lecteurs ont probablement trouvé matière à intérêt, à un moment ou à un autre, mais ils ont aussi été confronté à quelques productions plus ubuesques. Voici donc une petite compilation de nos moments préférés...

1/ Le papier le plus court

Chine-construction-Vinci

L'un des tout premiers : Une ligne de texte, un lien. Le pire, c'est qu'on était tous très contents ! 

2/ Le papier qui nous a ramené un tas de mots d'amour

Parler de la disctinction fonction publique/privé, c'est apparemment pire que d'égorger des chatons. Parmi les nombreux messages reçu, voici le meilleur. Extraits : " Cet article est d'une vacuité affligeante.(…)  pour évoquer ces questions, il faut du temps et un peu d'envie de se pencher sérieusement sur des vraies questions... En l’occurrence, de toute évidence, cette envie est complètement absente de ce blog".

 Nous n'avons plus jamais parlé de fonction publique et évité ainsi bien des crises de fonctionnerfs ! 

3/ Le papier tellement bon que même les journalistes spécialisés t'appellent pour que tu leur files un coup de main.

Mais bon, nous n'avons pas donné suite. On n'avait pas le temps de discuter châteaux de sable. A côté de ce blog, on a un vrai travail !

4/ Le papier chinois

Parce qu'on a quand même beaucoup écrit sur le sujet. 

5/ Le papier anglais

Même commentaire que précédemment, avec en plus le plaisir de railler régulièrement nos voisns d'outre-Manche. 

6/ Le papier le plus commenté 

ville-demain-Eiffage

Le sujet n'est même pas polémique comme la fonction publique-privé. Ici, il s'agit de la ville demain selon Eiffage.

7/ Le papier le plus auto-promo

Juste histoire de rappeler que, oui, même si nous sommes drôles et subtils, nous sommes avant tout un cabinet de recrutement dans l'ingénierie !

 

Voilà pour cette sélection rapide. On pourrait sans doute en trouver d'autres, mais c'est long de creuser des archives vieilles de deux ans, surtout quand on s'arrête pour tout lire...

En tout cas, merci à toutes et à tous de nous suivre.

Et rendez-vous pour le 500ème. On adore les célébrations...

Voir les commentaires

Compilation 2013 des ratés du BTP

Publié le par Le blog des cadres du BTP

La fin de l'année approche, et avec elle s'annoncent les best of en tout genre. Le secteur de la construction n'échappe pas à la règle. Nous avons trouvé une compilation 2013 des ratés des métiers du BTP. Si vous avez 5 minutes devant vous...

Voir les commentaires

Au Japon, une société invente le métro-terreau-dodo

Publié le par Le blog des cadres du BTP

10-urban-farm.jpg

La vie de bureau n’est pas toujours follement gaie. Surtout pour ceux qui y passent leurs journées.  Au Japon, une entreprise spécialisée dans le recrutement a révolutionné le tryptique métro boulot dodo en y ajoutant… le terreau. Chez Pasona, depuis 2010, les salariés vivent au milieu d’une véritable ferme urbaine.

Pasona-Urban-Farm-1-e1379260135483.jpg

Chez Pasona, en plein cœur de Tokyo, les plants sont partout, dans tous les bureaux, dans toutes les salles de réunion. Mais ici, la végétation ne fait pas de figuration. Oubliez les fougères et autres plantes grasses qui ornent nos immeubles en France. Ici, 4000 m2 (sur 20 000) sont consacrés à l’agriculture. Les salariés cultivent (encadrés de professionnels) et consomment 200 espèces de plantes. Une vraie révolution…

Voilà ce qu’en dit le concepteur de l’entreprise Kono designs, à l'origine du concept : 

" ...Les plans de tomates sont suspendus au-dessus des tables de conférence. Les citronniers et les grenadilles (sur lesquels poussent les fruits de la passion NDLR) sont utilisés comme cloisons pour salles de réunion. Les feuilles de salade sont cultivées à l'intérieur des salles de séminaires et de germes de soja sont cultivés sous les bancs. L'entrée principale dispose également d'une rizière et d’un champ de brocolis. "

3.jpg

Fruits, légumes et riz sont ensuite récoltés, puis préparés et servis à la cafétéria dans le bâtiment. On ne sait pas quel goût cela peut avoir, mais cela fait envie.

Mais pour réussir cette prouesse, pour permettre au plantes de pousser sur, autour et à travers l’architecture des lieux, il a fallu rénové et innové. Surtout avec les installations agricoles...

On ne connaît cependant pas le montant de la facture, qui doit être conséquente.

Ce que l’on sait en revanche, c’est que les plantes sont maintenues en bonne santé grâce à un système d’irrigation, de culture hydroponique et de lampes spéciales.


Pasona-Farm.jpg

Le bâtiment est lui-même équipé d'un système de climatisation intelligent qui surveille l'humidité, la température et la circulation de l’air de sorte que les employés sont à l'aise pendant les heures ouvrables, et les plantes pendant la nuit.

Grace à ce système, les salariés peuvent consommer leurs 5 fruits et légumes par jour (faut aimer le brocoli, hein ?) et, surtout, se détendre au milieu d’un environnement exceptionnel.

Finalement, il ne reste plus qu’à trouver un peu de place pour intégrer le bœuf de Kobe et un aquarium à sushis...

 

Crédit photo : Kono designs

 

 

Voir les commentaires

Le discours homérique d'un ingénieur de Georgia Tech

Publié le par Le blog des cadres du BTP

Les vacances se terminent. Vous allez reprendre le chemin du bureau, à moins que vous ne l'arpentiez déjà. Si vous êtes étudiant vous attendez la rentrée scolaire, peut-être vos premiers pas en école d'ingénieur, et profitez des derniers rayons de soleil qui étirent leurs langueurs estivales...

Et bien, il est temps de se bouger !

Fini le farniente ou les sessions photos de vacances avec les collègues au bureau. Une magnifique année vous attend, professionnelle ou étudiante, nous en sommes persuadés. Mais va falloir crocher dedans !

Pour vous mettre le pied à l'étrier, façon Zorro sur Tornado, nous vous proposons ce speech plus énergisant qu'un troupeau de Red Bull.

Un étudiant ingénieur de Georgia Tech, Nicholas Selby, désigné pour prononcer le discours d'accueil des premières années, fait déjà le buzz de cette fin d'été.

Façon télévangéliste, il invite notamment les nouveaux venus à ne pas se contenter de suivre les traces des astronautes et des Prix Nobel mais à les dépasser. Il va même jusqu'à leur proposer de construire l'armure d'Iron Man... Une performance homérique, le tout sur la musique de "2001 l'Odyssée de l'Espace...".

Voyez plutôt :

Ca remue n'est ce pas ?

Nous, on se la rediffuse tous les matins pour se motiver. Et ça marche.

La preuve ? Venez voir toutes nos nouvelles annonces d'emploi.

Et bonne rentrée vitaminée à toutes et à tous !

Voir les commentaires

Des Bretons travaillent sur la Google Glass qui sortira en 2014

Publié le par Le blog des cadres du BTP

Unknown.jpg

Cocoricobreizhatao ! Une entreprise bretonne, Ama, qui édite des jeux et des applications sur internet, va créer un studio spécifique à Rennes pour inventer des jeux dédiés aux futures lunettes Google Glass !

Ama a été fondée en 2004 par le breton Christian Guillemot, le dernier rejeton de la célèbre fratrie morbihannaise qui codirige Ubisoft (Splinter Cell, Les Lapins Crétins pour les jeux les plus connus) et Gameloft.

Pour rappel, nous en parlions il y a quelques jours, les Google Glass sont un petit bijou de technologies qui intègre un ordinateur miniature doté d’un écran attaché aux monture. Les Google Glass permettent de prendre des photos, de filmer, d’exécuter des applications et de fournir des informations telles que des indications de déplacement. 

Il y aurait actuellement deux prototypes de lunettes en France. Un à Paris chez Google Glass France et un autre… dans les locaux d’Ama.

Par ailleurs, on l’a appris aujourd’hui : il faudra patienter jusqu’en 2014 pour pouvoir  s’offrir les fameuses lunettes, qui ne devraient pas être remboursées par l’assurance maladie.

Même en cas d’infobésité…

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>