Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'anglais pour relancer la croissance ?

Publié le par Le blog des cadres du BTP

Et si la croissance, il ne fallait pas la chercher avec les dents, mais la tirer avec la langue, anglaise de préférence ? A en croire une étude analysée sur le site de 20minutes.fr, les cadres français sont convaincus de passser souvent à côté de contrats juteux pour ne pas maîtriser suffisamment le dialecte de Shakespeare :

"Près d'un cadre dirigeant sur deux (46%) pense que ses parts de marché augmenteraient de manière significative si ses collaborateurs avaient une meilleure pratique des langues étrangères –et surtout de l'anglais"

C'est en effet problématique surtout lorsque l'on sait que "l'anglais reste de loin la langue jugée nécessaire à maîtriser pour les transactions internationales (pour 68% des sondés) devant le mandarin (8%) et l'espagnol (6%)" (source Usine Nouvelle). Remarquez, on n'a pas été vérifié si notre mandarin est au niveau de notre engliche. (aujourd'hui, il y a 30000 lycéens et collégiens qui apprennent le chinois en France)

Mais revenons à nos "sheeps". On parle mal l'anglois en France, c'est un fait, mais il faut bien reconnaître que l'exemple vient d'en haut, voire d'en très haut et que dans ses conditions, c'est un peu dur d'éduquer les "pupils" de la Nation :

 

Bon, on l'esperanto de côté, on vous offre un deuxième florilège, et on continue.

Les Français ne sont pas les seuls à souffrir : " Au Brésil, 74% des cadres déplorent des pertes financières à cause d’une mauvaise maîtrise de la langue". Mais ce qui est embêtant à en croire un intervenant (certes directeur régional pour un centre de formation linguistique...) interrogé par l'Usine Nouvelle c'est que, selon lui, "les grandes PME n'ont pas pris la mesure des enjeux linguistiques..." alors même que selon les salariés français, via le DIF semble plébisciter l'apprentissage l'anglais.... Zis is strangeu, Iseult it ?

Pas tant que ça : le budget langue dans les formations n'est pas prioritaire. A contrario, les patrons font très attention maintenant et recrutent des salariés polyglottes. Tout le contraire de Sarko et des nos amis politiciens en somme...

 

Commenter cet article